Espace membre ADEP

Espace membre ONP


La news au format pdf Imprimer la news Envoyer à un ami la news

Nouvelle taxe de la SHF

Nous  reprenons ici et avec leur accord, les courriers adressés à la SHF (ou comission SHF poneys) par Elisabeth de Linarès, Isabelle Mémain et Sébastien Maillet au sujet du projet de taxe pour accéder au circuit du cycle classique... Ponction supplémentaire totalement intolérable sur le dos des éleveurs et valorisateurs, dans un contexte déjà extrêmement précaire...

Et d'autres sont à venir!





Suite à la mobilisation de certains d'entre vous, la SHF a décidé ce jour de retirer son projet de prélèvement supplémentaire pour accéder au circuit du cycle classique.
Bravo donc à tous ceux qui ont pris un peu de leur temps pour faire entendre leur voix auprès de la SHF...c'est bien la preuve que tout n'est pas toujours écrit et que nous pouvons, au travers de notre action, influencer les décisions prises en notre nom...
 
C'est l'affaire de tous les éleveurs et l'ONP vous incite à vous indigner et à vous mobiliser de la façon qu'il vous convient, pétition, mail, courrier à la SHF... Cela aura plus de portée
A l’attention des responsables présidant aux destinés des épreuves SHF

Ce n’est pas en tant que journaliste de L’EPERON, mais en tant qu’éleveur que je prends la plume pour m’insurger contre la mesure que vous avez prise quant à la taxe (il n’y a pas d’autre terme, pour éviter d’utiliser celui de racket) que vous avez décidé d’imposer pour l’accès des jeunes chevaux aux circuits des épreuves jeunes chevaux et poneys. Cette mesure me semble particulièrement inopportune pour un circuit dit de formation et parfaitement antidémocratique, plus particulièrement en cette période où chacun se lamente d’un marché difficile et peu porteur, d’autant que cette inscription n’est pas anodine puisque l’on parle de 50 à 100 euros par an et par cheval, selon les classes d’âge (j’exclue les poneys, qui semble-t-il ne seront pas soumis au même régime, néanmoins tout autant discutable).
Le procédé est d’emblée extrêmement critiquable. En effet, la nouveauté est annoncée dans vos modifications de règlement avec mention de se reporter (au présent) à la note financière pour en connaître les dispositions exactes. Or la note financière 2013 n’est pas consultable à ce jour et ne le sera, selon les informations que j’ai pu obtenir, que courant février. N’y a-t-il pas là, une procédure des plus iniques, ayant pu constater auprès de nombreux éleveurs qu’ils ne soupçonnent en rien la sauce à laquelle ils vont être accommodés. Il semble donc, qu’une omerta se soit installée quant à vos intentions, aucune association de race n’ayant relaté cette prise de position auprès de leurs adhérents, ni pris aucune disposition pour les alerter. Cela donne à réfléchir sur la collusion entre les institutions qui nous régissent !
Cette mesure a pout objectif de permettre de financer des primes aux naisseurs pour les meilleurs sujets du circuit. Une bonne intention, certes, mais l’enfer n’est-il pas pavé de bonnes intentions ? N’aurait-il pas été plutôt souhaitable de se mobiliser pour que les naisseurs de chevaux d’âge performants à haut niveau touchent des primes réellement substantielles, susceptibles de les aider à poursuivre plus confortablement leur métier d’éleveur ? Ne craignez-vous pas de récompenser une minorité en pénalisant une majorité ? Comment la justifier auprès des éleveurs, notamment en quatre ans, qui n’envisagent que quelques tours, sans objectif de finale, soit parce qu’ils en ont trop (et font une rotation, finances obligent !) ou parce qu’ils souhaitent les préserver, ou encore pour les 5 ans ou les 6 ans B qui débutent parfois leur formation tardivement? N’est-il pas logique également d’imaginer qu’une telle mesure aille à l’encontre de ce circuit dit de formation dans le sens où elle puisse être incitative à exploiter pour tenter de toucher la prime plutôt qu’à former ? N’est-on pas tenter également de penser qu’une telle mesure favorise plus particulièrement les éleveurs ou propriétaires (les jeunes chevaux n’appartiennent pas toujours à leurs naisseurs) financièrement aisés qui peuvent se permettre de s’offrir les services des meilleurs cavaliers spécialisés du circuit ?
Sans aucun doute l’objectif de cette nouveauté réglementaire tend à pallier les restrictions budgétaires et l’inexorable appauvrissement des subventions allouées. N’aurait-il pas été plus judicieux ou du moins plus équitable, d’envisager de doubler le montant de la cotisation (la moitié revenant à l’amélioration des dotations ou primes envisagées) et de rendre obligatoire l’adhésion à tous les utilisateurs des épreuves jeunes chevaux (étrangers inclus) ? Une manne probablement moins lucrative, mais certainement plus compréhensible, plus adaptée aux réalités du terrain et de la filière au sein de laquelle les naisseurs ont toujours fait figure de parents pauvres ? En outre, il est à se demander si, à terme, une telle disposition n’a pas vocation à faire disparaître du paysage toute une frange d’entre eux afin que les mieux nantis puissent se partager une plus grosse part du gâteau.
Un éleveur, rencontré récemment, s’exclamait à propos de l’arrivée de monsieur Chauvin à la tête de la SHF « Là où Chauvin passe, l’éleveur trépasse ! ». Déclaration surprenante sur le moment, mais plutôt visionnaire et pertinente finalement.
En la circonstance, mesdames et messieurs, vous comprendrez que je ne vous transmette pas mes respectueuses et cordiales salutations.

Elisabeth de Linares
Saint Jean, le 21 janvier

 
Chère Marie Do

Je viens de découvrir la semaine dernière la décision de la SHF d'effectuer un nouvel "impot" sur le dos des eleveurs et valorisateurs qui utilisent le circuit Cycles classiques .Si cette information est juste ,ce qui en a tout l'air ,je m'étonne que la commission SHF Poneys ait simplement acté la prise de position de la SHF et cela sans plus de contestation ...Il me semble que c'est suffisament grave en cette periode de crise ,de problème de TVA...pour que la commission demissionne pour montrer son désaccord et ensuite informe correctement les éleveurs et valorisateurs de ce qui se trame .Il est imperatif d'organiser une contre offensive si on ne veut pas que le circuit disparaisse au profit des ponam ou des nouvelles épreuves jeunes équidés FFE.Je propose en vrac blocage des locaux SHF jusqu'à ce qu'une délégation soit reçue par la direction et le président de la SHF ,pétitions,alerte générale de tous les éleveurs et valorisateurs concernés.Il est impensable d'accepter cela ,c'est la survie de nos entreprises qui est en jeu et leur avenir.
Je vous remercie d'alerter la SHF direction et président des risques qu'ils prennent si ils s'entetaient dans cette direction ...
Nous en avons déja marre que la SHF prenne en permanence les eleveurs Poneys pour des abrutis qui ne sont pas des professionnels ,il n'y a qu'à voir comment nous sommes traités aux finales ....idem pour les suggestions pour les réglements :les chevaux ont un réglement qui tient la route ,le notre est flou inadapté mais malgré entre autre les suggestions que je vous ai soumise ,quasiment rien n'a bougé ...Ce circuit n'est pas indispensable ,on peut tout à fait en faire un bis,le boycoter au profit des épreuves fédérales ...Donc il est grand temps d'ouvrir la discussion y compris des postes du conseil d'administration pour les membres poneys à hauteur des recettes apportées par les poneys
Je suis à votre disposition pour en discuter

Isabelle Memain

 
Messieurs,

Je m'associe par la présente aux nombreuses réactions, récentes et à venir, relatives au projet d'inscription obligatoire auquel il est fait référence dans le règlement Jeunes Chevaux 2013 actuellement en ligne sur le site de la SHF. Je ne suis pas, en règle générale, de nature vindicative mais j'estime que le sujet est d'une importance suffisante pour justifier un minimum de militantisme.

A cet égard, je souscris entièrement à l'excellente analyse développée par Mme de LINARES dans le courrier qui vous a été adressé : elle a l'immense mérite de poser les bonnes questions et de dépasser le terrain de la protestation pour avancer sur celui de propositions alternatives.

Pour ma part, j'avoue être encore sous le coup de cette annonce que je trouve proprement scandaleuse, tant dans sa méthode que dans son principe :

- S'agissant de la méthode, c'est un euphémisme de dire qu'elle a manifestement fait l'impasse sur un minimum de concertation...les Associations Nationales de Race et les Associations d'Eleveurs n'ont certainement pas été invitées à la réflexion et au débat (a-t-il eu lieu ?). Si tel avait été le cas, nul doute qu'elles auraient exercé auprès de leur adhérents leur rôle d'information (et d'alerte en la circonstance...), Quant à l'annonce sibylline dans le règlement 2013 renvoyant à un document qui n'existe pas encore, la ficelle est un peu grosse...

- S'agissant du principe, c'est à se demander si vous ne souhaitez pas contribuer à une entreprise délibérée de destruction du tissu des éleveurs français. Je ne vous ferais pas l'offense de vous rappeler le coût actuel de participation au circuit du cycle classique et le fait que dans la majorité des cas, les propriétaires des équidés qui y participent...en sont les naisseurs/éleveurs (compte tenu de la dynamique mortifère du marché des chevaux/poneys d'élevage ces dernières années...) ! Et après le coup de massue de la TVA où votre mobilisation, bien que réelle, a été pour le moins tardive, vous voudriez accentuer encore la pression financière qui pèse déjà sur nos exploitations...?

J'en appelle donc à la raison et au dialogue et je pense qu'il est encore temps d'ouvrir sur ces sujets sensibles un débat associant les différentes parties prenantes et tenant compte, surtout, des réalités du terrain.

A dessein, je mets en copie Marie-Dominique SAUMONT-LACOEUILLE, présidente de l'ANPFS et, à ce titre, représentante d'une grande partie de l'élevage hexagonal de poneys à vocation sportive. Je n'ai aucun doute sur le fait qu'elle se fera l'écho de la très grande inquiétude des éleveurs à la perspective de cette réforme, doublée évidemment d'un sentiment légitime d'incompréhension et d'injustice.

Bien cordialement.

Sébastien MAILLET - Elevage du Péna.

 
Et ça continue...
A l'attention de M. CHAUVIN

Monsieur,

Une rumeur persistante laisse entendre que la nouvelle taxe annuelle dont il faudra s'acquitter à compter de cette année servirait à rétablir une prime pour les naisseurs des meilleurs jeunes chevaux.
Autant j'accepterais bon gré mal gré (et en fonction du montant demandé !) que ce nouveau prélèvement permette de maintenir un niveau de dotation correct pour compenser la diminution des subventions publiques autant cette prime réservée à une petite élite me semble injuste et mal venue dans le contexte économique difficile qui règne actuellement. En effet, les engageurs non naisseurs ou les naisseurs qui n'engagent qu'en Cycle Libre sont certains de « cotiser » à fonds perdus puisqu'ils n'ont aucun espoir de faire partie des naisseurs des jeunes chevaux ayant obtenu les meilleurs indices.
Bien entendu si la rumeur s'avère fondée, je ne renouvellerai pas mon adhésion à la SHF et ma jument de 6 ans qui devait participer à des épreuves de CL2 dressage cette année sortira uniquement en épreuves FFE.
Veillez agréer les salutations agacées d'une propriétaire/naisseur qui en a un peu assez d'être prise pour une vache à lait.

Marie Claude SAMOUR

 

Article mis en ligne le 23/01/2013.



Restez informés

Pour suivre l'actualité de notre site en continu, abonnez vous à notre flux rss ou choisissez l'une de nos catégories d'actualités.